Acheter Contact

Améliorations de la qualité de l’air

Quels sont les facteurs dont les fabricants doivent tenir compte lorsqu’ils choisissent des systèmes pour améliorer la qualité de l’air dans leurs installations ?

L’ensemble du système doit être optimisé pour obtenir une solution rentable, de l’entrée jusqu’au point d’utilisation.

Salle des compresseurs

Le filtre d’entrée du compresseur retient les grosses particules (c’est-à-dire celles d’un diamètre supérieur à 5 microns) afin de protéger le compresseur. Cependant, des particules plus petites (huiles légères, hydrocarbures, saletés) s’introduiront en aval.

Avant le séchage

Les compresseurs ont généralement un point de rosée sous pression de 82,2 °C (180 °F) ou plus. En refroidissant cet air à 37,8 °C (100 °F), plus de 80 % de l’eau se condensera. Pour éliminer tous les condensats liquides, un séparateur mécanique (centrifuge) permet de supprimer facilement la majeure partie de ce liquide, suivi d’un filtre coalescent pour les gouttelettes restantes.

Séchage

Un sécheur par réfrigération fournit de l’air grâce à un point de rosée sous pression d’environ 3,3 °C (38 °F), bien en dessous de la température moyenne des pièces. Si les tuyaux d’alimentation sortent des bâtiments ou si la majeure partie de l’air doit être très sec (laboratoires), il faut alors utiliser un dessiccateur, qui peut atteindre un point de rosée sous pression de -40 °C (-40 °F). Pour les systèmes à grand débit où les sécheurs réfrigérés suffisent pour la majorité de l’air, de petits dessiccateurs de points d’utilisation peuvent être installés sur des conduites secondaires, ce qui minimise la chute de pression et les coûts de remplacement d’un desséchant.

Quels filtres utiliser et où ?

L’installation d’un seul filtre à l’exigence de micron du processus final peut réduire la chute de pression globale, mais elle diminue également la durée de vie des éléments filtrants et nécessite des remplacements ou des nettoyages fréquents. Les préfiltres à plus haut micron et à plus faible pression différentielle en profondeur élimineront les grosses particules, laissant au filtre final le rôle du polissage. Pour cette raison, il est préférable d’utiliser une succession de filtres à particules et de filtres coalescents en commençant par les valeurs en micron les moins restrictives. Lorsque la majeure partie de l’air est envoyée dans différentes zones (outils d’atelier, laboratoires ou chaînes de fabrication), il est recommandé d’utiliser la valeur en microns la moins restrictive possible pour garantir une chute de pression minimale.

Vous avez d'autres questions sur nos produits?

Fermer